19 de juliol 2021

Diez años haciendo Masonería


El día 18 de julio de 2021 se llevó a cabo un Solemne Acto de Celebración del X Aniversario de la Fundación del Sublime Consejo del Rito Moderno para el Ecuador y de su Gran Logia Mixta de los Andes Ecuatoriales. En este evento cargado de emotividad, estuvieron presentes miembros de diversos países y continentes pertenecientes a nuestra Potencia Masónica, así como ilustres invitados de otros Cuerpos relevantes del Rito Moderno a nivel Mundial, para transmitir su felicitación y participar en este significativo acto para el Rito de los Modernos que se efectuó mediante videoconferencia. A continuación publicamos la intervención de la Suprema Comendadora, Olga Vallejo Rueda, en un día que supone el balance a la asunción de unos elevados objetivos alcanzados con mucho esfuerzo, trabajo, amor y perseverancia.

Era el año 2011, era yo Venerable de una naciente Logia con deseo de ser muy distinta dentro de una Gran Logia parecida a muchas, quizá con menos sombras que luces, pero donde se reproducían los errores más comunes de todas, cuyo nombre por respeto no diré. Cuándo me “inicié” varios años antes de esta fecha, recuerdo haber llegado a la Masonería Mixta de Rito Francés con la ilusión de que aprendería muchas cosas nuevas y buenas, y que me llevaría mucho tiempo aprender, pero llegando, lo primero que sucedió, es que me “advirtieron” durante el ágape, por decirlo de algún modo, de otras Masonerías, de otros ritos, donde se hacían cosas distintas a la masonería como por ejemplo cerrar negocios, hacer política, adivinarse el futuro, aprender magia, y que la Masonería era otra cosa, y que había llegado a un buen Taller. Bastó esperar 2 semanas a la siguiente tenida para decirme que teníamos “enemigos” de una escisión que tenía esa Gran Logia, y que tengamos cuidado de no relacionarnos con “los disidentes”, o con los de la Masonería “masculina” porque no me reconocerían por ser “mujer”. Uno que como Aprendiz dice bueno a todo, seguía los preceptos que le indicaban.

Para el año 2008, en internet empezaron a aparecer mejores redes sociales, mejores foros, mejores buscadores, y bastaba con poner Masonería para encontrar algún grupo o texto para interrelacionarse con otros HH.·. que creían aparentemente en las mismas cosas creías tú, y no podías ir contento a contarlo al Gran Maestro o a tu Venerable porque te advertían de que en internet no se iba a encontrar nada bueno. No alargo más la historia, la formación era escasa, la promoción a los siguientes grados llegaban apenas habiendo recibido formación, vi a muchos HH.·. y HHnas.·. que aceptaban los grados sin manifestar desacuerdo directo a los Oficiales, y así iban creciendo nuestras Logias. Debo decir que era la oveja negra del grupo, me leí los textos de Lavaganini, Cassard, y cualquier otro texto que cayera, preguntaba a los HH.·. mayores, investigaba en internet, hice amistades con HH de otros países, poco había de Rito Francés hasta que encontré un tal “Circulo de Estudios del Rito Francés Roëttiers de Montaleau”, y ¡eureka! Comencé a aprender y a desarrollar más que otros. Fue así como me convertí en Gran Experta (o Terrible) de paritorios múltiples, y poco después en Venerable del nuevo Taller. Para este entonces era también miembro del Gran Capítulo General de mi Obediencia

A través de los HH.·. amigos del Círculo Roëttiers de Montaleau me llegó una Invitación para que se la entregará al Muy Sabio y Perfecto Gran Venerable de mi Potencia Filosófica para participar en el 1º Congreso Masónico de Rito Francés que se realizó en junio del 2011 en la ciudad de Barcelona, quien con su acento francés me dijo “que no podíamos pagticipag en ese evento pogque pertenecíamos al ámbito del Ggan Oguiente de Fgancia y que cualquieg ogganización que no tuviega su gueconocimiento hacían un falso guito francés”, esto lo dijo a tenor de que el Supremo Consejo del Rito Moderno de Brasil iba a estar ahí. Antes de eso, ya había metido varios bombazos dentro de mi Capítulo, hablé de que había distintos rituales de RF, pues nosotros trabajábamos el Groussier en grados azules, y los conocidos como Plumet en grados filosóficos, que el GODF dejó de practicar durante 150 años los Grados Filosóficos, y muchas perlas más que aprendí de HH.·. españoles, pero en mi Capítulo no me refutaban y sabían que al margen de ello, estaba de acuerdo con lo que trabajábamos, aunque debo decir que me hubiera gustado enterarme de esas cosas por ellos, y no por investigación. Insistí un par de veces más al Muy Sabio y Perfecto Gran Venerable de participar en el Congreso y ante su negativa, no volví a hablar más del tema, pero ya me había cansado de tanta rigidez para ciertas cosas, y tanta laxitud para la formación, y pensé que los más jóvenes, y que las mujeres teníamos algo que decir a otras Masonerías y a los HH.·. del RF.

Como mujer libre que soy, compré un billete de avión, obtuve un visado, y escribí un trabajo para exponer en el Congreso de la “discordia” que causó que días antes se publicará una tal “Carta de Lisboa” dónde los amigos de la Correspondencia del Gran Oriente de Francia rechazaban el Congreso de Barcelona que aún no se había realizado, lo cual me hizo pensar que tales reacciones de desprecio merecían la pena viajar para encontrar la verdad, no la que me contaban, sino la que yo iba a experimentar. El 1er Congreso de Barcelona, realizado el 11 y 12 de junio de 2011, contó con la presencia de HH.·. españoles, franceses, portugueses, belgas, brasileños, colombianos y quien les habla de Ecuador. Primera sorpresa a mi llegada fue conocer a personas que hacían una Masonería muy parecida, pero al mismo tiempo muy distinta a la que yo hacía, y que en el fondo hablábamos y buscábamos unos ideales comunes. Fui la primera en exponer, representando a la Logia que presidía, pero sin contar con el permiso de nadie, aún me pregunto si necesitaba tal permiso para ejercer mi libertad. Ejercí de secretaria de uno de los grupos de trabajo que ahí se formó, y probablemente del más importante, que trató sobre la creación de la Unión Masónica Universal del Rito Moderno, de la Academia de la Vª Orden, y fui quien tomó nota de la redacción de la Carta o Declaración de Barcelona, y lo hice de manera libre, por designación de los HH.·. y de manera desinteresada. Luego de ello, mi conciencia me dijo, que tenía que abandonar mi Obediencia, mi Gran Capítulo General y la Veneratura de la Logia que presidía. Demasiadas verdades experimenté ahí, y demasiado odio fraternal el que me habían inculcado.

Soy honesta cuando les digo que mi plan era presidir una Logia salvaje cuando regresé a Ecuador con algunos jóvenes Maestros que me apoyaron, pero yo que vine a Barcelona no para pedir nada, sino para entregarlo todo, se me comunicó a finales de junio de ese año que el Hermano Bonachi Batalla quería que con la venia de la Unión Masónica Universal del Rito Moderno (UMURM) creara un cuerpo filosófico para la práctica del Rito Moderno en Ecuador. Hago énfasis en esto, no fui a pedir nada, di todo, y recibí mucho… jamás he sido de pedir nada, mi vida ha estado llena de logros y éxitos ya antes incluso de que entrara en Masonería, de hecho a los 3 años de edad ya gané mi primer concurso de pintura, y cada año ganaba alguna cosa en concursos de igual índole hasta que cumplí 11, y en la secundaria, y en universidad, y en lo posterior, pero esto lo nombro solo a modo anecdótico, porque hubo en su momento quien me juzgo mal por tal designio, pero no me importa, nada me deben y de hecho hoy dejo patente que ya los perdoné por hablar con los labios llenos de envidia. El día 17 de julio se me otorgó la Vª Orden Grado 9, y se instaló el Sublime Consejo del Rito Moderno para el Ecuador, habiendo sido Joaquim Villalta designado por la UMURM para tal efecto. Tuvimos unos 20 días aproximadamente que sentarnos a desarrollar el proyecto de lo que sería este nuevo organismo masónico, y Joaquim fue nuestro asesor.

Al recibir el legado contenido en el Arca de la Vª Orden, decidimos adoptar un sistema de trabajo similar al de la Orden Masónica Mixta Internacional “Derecho Humano”, que administra en una sola organización vertical los grados simbólicos y los filosóficos, solo que a diferencia de ellos, decidimos llamar Gran Logia Mixta de los Andes Ecuatoriales a su sección dedicada a los grados simbólicos. Su estructura fundacional fue un Sublime Consejo que albergaba 5 Talleres de tipo transnacional compuesto por miembros ecuatorianos y latinoamericanos y españoles con sedes en Quito, Ecuador y en Terrassa, Barcelona. Casi todas presididas por HH/nas.·. ecuatorianos o ecuatorianos residentes en España, excepto el Capítulo Eloy Alfaro que fue presidida por un ciudadano español. A finales de diciembre se unió la Respetale Logia Lux Veritatis, que salía del Grande Oriente Ibérico para unirse a la Gran Logia Mixta de los Andes Ecuatoriales con el número 3.

Inmediatamente nos empezaron a llover solicitudes de finas de Tratados de X números de Obediencias, y afiliaciones de Logias que querían hacer Rito Francés con nosotros, varias de las cuales ya no están, recuerdo alguna de Bolivia, otras 4 en México y alguna en Colombia cuyos nombres no mencionaré por un hecho de respeto, pero a la vez les digo gracias por haberse ido, y comprender que tan “ancha es Castilla” que libres han sido de entrar y salir esos talleres que buscaban una Patente Legítima para trabajar absolutamente nada, constituir Grandes Logias multiritualísticas, o para legitimar conductas déspotas de algunos Venerables de turno que trabajaban el Rito Francés como ellos querían, con sus imposiciones mesiánicas, pero no como era. A todos ellos les digo hoy en día que espero que les haya ido “bonito”, aunque sé de primera mano que todas se han evaporado al calor de quienes encabezaron sus ambiciones.

Más adelante sufrimos una fuerte campaña de desprestigio y dos años de bullying diario hacia mi persona por parte de falsos masones que presumían de ser sacerdotes, magos, pero ante todo de masones de títulos auto otorgados o comprados que fueron creídos por tantas organizaciones y personas que no daba crédito de que con lo grande que se presupone que es la Masonería, los masones no se hayan siquiera auto cuestionado tal campaña dándome la espalda. En realidad pocos, los que nos conocían nos defendieron o no prestaron atención a tales descréditos, y fueron los que nos animaron a seguir, entonces entendimos que no debíamos seguir prestando atención a toda esa mediocridad cuya máxima expresión de virtud era clavar alfileres en las fotos que se bajaban de mis redes sociales, o tratar de meterse con mi familia, incluso tratando de amenazar a mis hijos, lo cual me llevó a cerrar definitivamente mis redes sociales para la Masonería. Hoy en día puedo agradecer a esos mafiosos pseudo masones por enseñarme que la magia no existe, que la maldad no es más que la expresión de la mediocridad de las personas que buscan llegar a ser alguien colgándose del trabajo ajeno y que al no obtener lo que buscan, revelan su oscuridad a lo grande. Escupen al cielo, y les termina cayendo a la cara. Hoy en día ellos no son nadie, y nosotros humildemente seguimos trabajando y siendo algo.

En la actualidad somos los que somos, y estamos los que tenemos que estar. Nuestros Talleres disponen de amplias libertades organizativas y financieras. Solo una cosa les pedimos, comunicación, formación, trabajo individual y colectivo, respeto y amor fraternal, pues sin esto mejor es cerrar y dejar de lado todo, sin complicarse la existencia. Yo les juro, que sin la Masonería y sin el Sublime Consejo del Rito Moderno para el Ecuador – Gran Logia Mixta de los Andes, mi vida sería muy tranquila, y quizá incluso más feliz, pero yo no sería la misma persona, ni tampoco quizá ustedes lo serían. A raíz de la Pandemia, nuestros Talleres no han dejado de Trabajar, la directriz general es la de velar por la salud e integridad de los miembros, y se reúnen cuando pueden y cuando la situación sanitaria lo permite, pero prácticamente todas están teletrabajando. Los primeros meses de la pandemia, se realizaron una serie de conferencias semanales dónde miembros de los distintos Talleres de los diversos países, compartían algún tema relacionado con el simbolismo o con la filosofía de nuestro Rito. Se están realizando Talleres de Formación, Tenidas y Banquetes en Línea adaptadas a esta modalidad, y nos avergüenza decirlo. Claro que queremos regresar a la presencialidad, pero si antes se especulaba que los Masones se desdoblaban y podían reunirse en cualquier parte del mundo para celebrar sus reuniones, cosa que era mentira, hoy gracias a la tecnología si podemos hacerlo desde la comodidad de nuestros hogares, y sin perder aquello que simbólicamente se denomina  “egregor”. Así, mientras los otros se cuestionan la regularidad sobre este tipo de trabajos, nosotros ganamos tiempo al tiempo, glorificamos el trabajo, y luchamos por ser cada día mejores persona y mejores ciudadanos. Tampoco podemos esperar, ni queremos que los otros nos acepten o no comprendan, no se cuestionan ni sus propias miserias personales, menos aún lo harán con las institucionales.

Si haces una Masonería que no te da herramientas para cambiar, para reflexionar, para evolucionar y para hacerte más fuerte, entonces deberías cuestionarte sobre si lo que estás haciendo es quizá otra cosa pero no Masonería.

Trabajamos y le hemos apostado al Régulateur du Maçon y al Régulateur des Chevaliers Maçons de 1783-1786 como método de vehiculación del conocimiento Masónico tanto para grados simbólicos como para los filosóficos. Tenemos definidas como líneas de trabajo los conocimientos históricos, filosóficos, ritualísticos y la hermenéutica del símbolo, y se explica claramente los injertos y las incorporaciones ajenas a la Masonería, a fin de que las personas dispongan de las herramientas para desarrollar unos valores y principios perennes y universales, vigentes tanto para el siglo XVIII como para el siglo XXI. Se da libertad absoluta a los miembros para que se desarrollen según sus propias necesidades, a su propio ritmo, aunque está claro que mientras más se estudie, más se avanza. A nadie se regala nada sin trabajar, la gloria al trabajo se da cuando vemos el fruto de nuestros esfuerzos, y cuando nuestras vidas reflejan los resultados de esa entrega, es entonces cuando recibimos nuestro salario. Del mismo modo, quien no trabaja o no quiere trabajar ha sido libre de marchar.

Hoy, después de 10 años, podemos decir que algo se ha hecho, pero que si queremos estar así una vez más dentro de 10 años más, es momento de reflexionar sobre lo que hemos hecho, lo bueno para continuar y mejorar, y lo malo para cambiar. Hoy, que tenemos más herramientas, que estamos aquí multiplicados en relación a cuántos iniciamos este sueño hace diez años atrás, que tenemos presencia transnacional y por tanto internacional, que miramos al planeta como una sola tierra, dónde nos vemos realmente como iguales y no como diferentes, aunque conscientes de nuestras particularidades, donde nos vemos con cariño y con respeto, nos sentamos a festejar, en familia, y en compañía de esos HH que forman parte de nuestra familia ampliada, a los miembros de la Unión Masónica Universal del Rito Moderno y de otras Potencias Hermanas y amigas que hoy nos fortalecen con su presencia y sus mejores deseos. En nombre de la Igualdad y de la Fraternidad quiero agradecer a cada uno de los Venerables y Muy Sabios que comparten estos trabajos conmigo al oficiar este encuentro, esto que he hecho es mostrarles que ustedes son mis iguales, y yo tan solo la “primera de entre los iguales”, del mismo modo que lo son los miembros de sus Talleres, y donde son ustedes los “primus inter pares” para ellos. Esta es una Cadena virtuosa que en conjunto reivindicará la grandeza de una Masonería que gracias a la ignorancia bien intencionada o no de otros en los que nos hemos mirado y nos han decepcionada ha venido cada día haciéndose de menos. La Masonería es, fue y será una fuente de concordia y amistad, y como Sublime Consejo del Rito Moderno para el Ecuador – Gran Logia Mixta de los Andes Ecuatoriales aportaremos para que así sea.

Vivat, Vivat Semper Vivat!

Olga Vallejo Rueda, Vª Orden, Gr.·. 9

Suprema Comendadora del Sublime Consejo del Rito Moderno para el Ecuador

Gran Maestra de la Gran Logia Mixta de los Andes Ecuatoriales.

23 de juny 2021

Segundo Aniversario de la "Carta de Porto" y del 2º Congreso Académico Internacional del Rito Moderno / Rito Francés

Hoy se cumple el Segundo Aniversario de la confección y firma de la "Carta de Porto" emanada tras el 2º Congreso Académico Internacional de Rito Moderno – Rito Francés llevado a cabo los días 21, 22 y 23 de junio de 2019 con la colaboración logística del Soberano Grande Capítulo de Cavaleiros Rosa-Cruz de Portugal y de la UMURM (Unión Masónica Internacional del Rito Moderno) estando abierto a todas las Potencias Masónicas.

Este evento contó con la calurosa acogida del Anfitrión y Codirector del Congreso el Muy Ilustre Hermano Belmiro de Sousa, Muy Sabio y Perfecto Gran Venerable del Soberano Grande Capítulo de Cavaleiros Rosa-Cruz de Portugal. Dicho acto contaba como Director del Congreso con el Hermano Joaquim Villalta (Presidente de la Academia Internacional de la Vª Orden) y como Director Académico con el Hermano Víctor Guerra (Presidente del Círculo de Estudios del Rito Moderno y Francés “Roëttiers de Montaleau”), quienes se encargaron de declarar abierto el mismo, celebrándose en la Universidad Losófona de Porto.

El congreso contó con unas ponencias de extraordinaria calidad abarcando campos tan diversos, pero a la vez entrelazados, como el histórico, el simbólico, el sociológico y obviamente el reflexivo sobre la evolución y prospectiva del Rito Moderno – Rito Francés cuyos valores permanecen vigentes en pleno Siglo XXI y que debe estar a la altura de una sociedad libre y tendente a una mejora ética, moral, igualitaria y respetuosa con el devenir de la humanidad toda. Asimismo, tuvimos el gusto de disfrutar de unas interpretaciones artísticas musicales, cual interludios de oro puro, a cargo de unas voces líricas de primer nivel, reflejaron una organización cuidada al detalle.

La presencia de Ilustres Hermanos y Hermanas como Jean-Pierre Duhal, Luigi Sorrento, Antonio Fonseca, Fabrizio Frigerio, Claudie Sorrento, Eric Decanis, Belmiro de Sousa, Rui Alburqueque, Olga Vallejo o Víctor Guerra, entre otras de las más relevantes personalidades referenciales del Rito Francés / Rito Moderno a nivel mundial hicieron que sus exposiciones e intervenciones de altísimo nivel fueran altamente valoradas por unos asistentes que primaron la calidad masónica reinante.

La Carta de Porto 2019 firmada como colofón a este Congreso de Rito Moderno – Rito francés por miembros de la Vª Orden de distintos países y Potencias Masónicas, a la cual  adhirieron otros Muy Ilustres Hermanos cuya presencia física no fue posible por diversas causas ajenas a su voluntad, reúne la esencia y el marco procedimental que sigue en plena vigencia. Recordamos con sumo agradecimiento la acogida de los anfitriones, el histórico Soberano Grande Capítulo de Cavaleiros Rosa-Cruz de Portugal, de 1804, quien nombró a algunos de nosotros Miembros Honorarios de su Potencia Masónica, lo cual nos inundó de una sensación de infinito gozo y sano orgullo, conscientes de que el Rito Moderno – Rito Francés está muy vivo y presente en diversos continentes, comprometido al trabajo para ejercer de Centro de Unión y modelo de Libertad, Igualdad y Fraternidad, puesto que es patrimonio Universal y propiedad de todo el pueblo masónico fiel a los más altos valores de la Orden, por encima de siglas, ucases o burdas actitudes mesiánicas que pretendan autoproclamarse únicas garantes.

Esta rica experiencia masónica y vivencia de crecimiento ético-moral e intelectual, a pesar de la pandemia que ha azotado al planeta, generó un empuje imparable de sinergias constructivas, que nos ha llevado a sondear con éxito distintos métodos de progreso e interacción, y que ha dado fructíferos resultados en el plano masonológico, y relacional a todo nivel. Con absoluta certeza, prontamente empezaremos a diseñar y coordinar todos los procedimientos conducentes a nuestro próximo encuentro ya que los valores de la citada "Carta de Porto" permanecen intactos y su contenido es faro radiante y ejemplo a seguir por sus valores universales que todos nosotros pretendemos emular.


Joaquim Villalta, Vª Orden, Gr.·. 9.
Director de la Academia Internacional de la Vª Orden - Unión Masónica Universal del Rito Moderno

12 de juny 2021

Réflexion sur le IIIème Ordre de Sagesse: Chevalier d'Orient

 



REMARQUE LIMINAIRE

 

M

on objectif en rédigeant ce balustre n’est certes pas d’y consigner tous les enseignements et connaissances de ce grade, ce qui relève du travail personnel de chacun et du travail collectif en chapitre. Et bon nombre de livres permettent à chacun de trouver réponse à ses questions et d’approfondir ainsi le contenu du grade.

Ne s’agissant pas de réécrire de nouveau ce qui existe, je souhaite bien plus ouvrir des pistes de réflexion en situant le cadre du grade et en mettant en exergue certains points symboliques qui nous échappent parfois.

Je tiens aussi à préciser que je respecte toutes les convictions religieuses, philosophiques ou spirituelles de chacun qui ne regardent finalement que la conscience de chacun. Il reste que les Ordres de Sagesse de notre rite sont fortement empreints des traditions biblique et chrétienne, ce qui fit écrire à un de mes prédécesseurs que le rite moderne français était de forme chrétienne. Je reste profondément attaché à accorder l’importance d’un symbole au signifié et non au signifiant : si un enseignement bouddhiste ou musulman me plait, je peux l’accepter sans cependant me convertir à cette religion. Je pense qu’il faut savoir dépasser le cadre allégorique pour ne retenir que la substantifique moelle.

Ainsi, le conte des 3 petits cochons veut, en sa finalité, nous inciter à construire notre vie sur du solide même si c’est plus lent et demande plus d’efforts. Celui qui s’arrête à s’interroger si les 3 petits cochons ont réellement existé ou si des cochons peuvent bâtir une maison perd non seulement son temps mais le bénéfice de l’enseignement.

Qu’un enseignement soit qualifié de chrétien voire de christique n’exclut nullement qu’il ne puisse être suivi par un bouddhiste, un musulman voire un athée. De même, comme le soulignait notre TCF Fabrizio, la bible ou le GADLU font partie de notre tradition maçonnique française : on ne peut les soustraire mais il appartient à chacun le droit d’y réserver l’interprétation qu’il souhaite.

Je laisse donc à chacun de retenir de la tradition que j’expose ce qui lui convient ou de l’adapter à sa propre évolution et à ses convictions voire même de la refuser. Chacun reste libre et maître de son initiation.

De mon côté, je demanderai aux FF\ et au SS\ se sentant visés par certaines de mes incompréhensions personnelles que je pourrais exposer. Elles ne sont finalement nullement des critiques stériles mais des invitations à l’expression de positions différentes des miennes.

Alain DRUART

Vème Ordre – grade 9

Grand Conservateur du GCGMB

 

CADRE CONTEXTUEL

du IIIème ORDRE de SAGESSE

 

 

C

omme son nom l’indique, le IIIème Ordre de Sagesse ouvre la porte de la chevalerie maçonnique aux récipiendaires et je ne peux, à ce sujet, que vous conseiller la lecture du livre de notre TCF Pierre MOLLIER. [1]

Le « Chevalier d'Orient » fut ,jusqu'au milieu du XVIIIème siècle, considéré comme le nec plus ultra de la tradition maçonnique française et grade ultime. [2]

Le grade de Chevalier d'Orient synthétise toute une série d'éléments empruntés aux différents grades « chevaleresques », qui, dans la hiérarchie actuelle du Rite Ecossais Ancien et Accepté, précèdent le 18e degré, celui de Rose Croix, et contient l'héritage des multiples grades chevaleresques qui ont fleuri au XVIIIème siècle.

Il est basé sur une légende d'Ordre. Résumons [3] :

Les « maçons libres », derniers défenseurs de Jérusalem lorsque la Ville Sainte fut prise par Nabuchodonosor furent déportés à Babylone pendant septante ans. Cyrus eut alors une vision qui lui commandait de « rendre la liberté aux captifs ». Zorobabel les ramène, mais rencontre « un obstacle » aux bords du « fleuve qui sépare l'Assyrie de la Judée », il fait construire un pont, mais les « peuples de l'au-delà » l'attaquent au passage, il les vainc, grâce à l'aide « des braves maçons qui le suivaient ». Sur le site du Temple, avaient subsisté en échappant à la captivité, « quelques Grands Elus » ; ils avaient trouvé l'entrée de la « voûte sacrée » et la « lame d'or sous la pierre cubique qu'ils détruisirent » et ils transmirent « leurs mystères par la seule tradition ». Ananias qui était à leur tête reconnaît Zorobabel comme chef et le Temple est reconstruit.

Après la destruction du Second Temple par « les Romains », « quelques-uns des Architectes restèrent presque sur les lieux » et en conservèrent les secrets. D'autres, d'abord retirés « au désert », les rejoignirent. Ils fondèrent un « hospice sur le lieu même où le Temple avait été détruit en faveur des pèlerins » et devinrent « un ordre religieux ». Apparut Pierre l'Ermite « fanatique obscur, mais entreprenant » qui « excita cette guerre si funeste connue sous le nom de Croisades ». A la nouvelle de son arrivée, « d'anciens militaires, retirés pour la plupart dans les déserts de la Thébaïde » rejoignirent les Architectes. Ils avaient tous pour but le rétablissement du Temple et « déguisèrent sous les simples apparences d'une architecture spéculative, un point de vue glorieux ». Ils rejoignirent les armées Croisées, se donnèrent des chefs militaires, fixèrent un « formulaire dont les symboles et les allégories pris de la construction du Temple les ramenaient toujours au véritable but ». Pour éviter toute surprise, « ils choisirent des mots, signes et attouchements pour se reconnaître », adoptèrent le titre de Maçons Libres et se joignirent aux Croisés « de qui ils seront accueillis et distingués ». Les Architectes qui avaient édifié l'hospice restèrent actifs, « prirent les armes et, sous un chef de bande érigé en Grand Maître », rejoignirent aussi les Croisés.

Après cette guerre, « ils s'agrandirent, puis furent anéantis ». Pendant ce temps, 81 d'entre eux passèrent en Suède et initièrent à leurs secrets l'archevêque d'Upsal. Plus tard, 81 autres chevaliers les rejoignirent, le prélat renferma leurs secrets dans un tombeau de marbre scellé de quatre sceaux.

Après la conquête de la Terre Sainte par les Egyptiens, les Architectes abandonnèrent leur pays et allèrent chercher ailleurs « de nouveaux établissements ». Et le rituel se conclut par une invitation faite au postulant de construire le Temple avec des « matériaux mystiques ».

Le rituel du grade comprend deux épisodes : dans la « salle d'Orient », Cyrus rend « la liberté aux captifs » à la demande de Zorobabel. Dans la « salle d'Occident », ledit Zorobabel est reconnu comme apte à diriger les travaux de reconstruction du Temple. Tout ceci reste très biblique. Pour nous maçons, nous pouvons donc en déduire que Zorobabel succède donc quelque peu à notre maître Hiram.

Nous pouvons faire le constat à ce grade que nous arrivons au troisième mythe depuis notre entrée dans l’ordre :

1.      Nous avons vécu le mythe de la construction du temple de Salomon avec les grades d’apprenti et de compagnon ;

2.      Ensuite, le mythe d’Hiram avec le grade de maître et celui du Ier Ordre ;

3.      Enfin, le mythe chevaleresque avec les IIIème et IVème Ordres.

Ainsi, le IIIème Ordre fait référence à la fois au mythe de construction du temple qu’à celui de la chevalerie, véritable charnière entre les deux.

 


CHEVALERIE TEMPLIERE ?

 

Lorsque nous évoquons la chevalerie dans le cadre franc-maçonnique, nous songeons immédiatement aux chevaliers de l’Ordre du Temple, les templiers.

Sans entrer dans la polémique sur les origines historiques de notre Ordre, nous devons cependant accepter le fait qu’ en Ecosse, il fut trouvé des manuscrits maçonniques bien antérieurs à la constitution de la Grande Loge, de la Grande Loge de Londres et de Westminster en 1717. La plus ancienne loge maçonnique connue dont on puisse clairement établir qu'elle était structurellement distincte de la corporation locale de maçons opératifs fut celle de Mary's Chapel, fondée en 1599, sous l'autorité de William de Saint Clair, à Édimbourg en Écosse. Et l’Ecosse est reliée sans conteste avec l’histoire des templiers : la légende attribue à cette terre d’avoir été le lieu de refuge de plusieurs templiers suite à l’arrestation des membres de l’Ordre en France. Des édifices comme Rosslyn Chapel évoque ces échanges entre Chrétiens, francs-maçons et templiers.

Comme je l’ai souligné en un morceau d’architecture, nul, aujourd’hui ou au XIIIème siècle, ne peut revendiquer une quelconque filiation historique et légitime avec l’Ordre du Temple. Elle se limite à une « filiation spirituelle ». [4]

Nul ne contestera que la tradition templière est omniprésente au sein du Rite Ecossais Rectifié et particulièrement en son Ordre Intérieur des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte[5], vocable qui, pour tous, signifie chevalier du Temple. [6]

Le Rite de la Stricte Observance (templière), dont nous connaissons aujourd’hui un certain retour, fait référence directe à la tradition templière.

Le Rite Ecossais Ancien et Accepté, en son grade de Chevalier Kadosh (30ème), ne soulève aucune objection sur la référence à l’Ordre du Temple bien que fortement orienté sur une vengeance[7] et non sur la tradition chevaleresque. [8]

Ces trois rites poussent à accepter le fait que quand on évoque un caractère chevaleresque à la franc-maçonnerie, on sous-entend la chevalerie templière et nulle autre.

Notons à ce sujet que d’autres rites non pratiqués en nos régions sont tout aussi explicites : ainsi le Rite Suédois ou, aux USA, le Rite d’York. Le Rite d’York né en Ecosse et ensuite exporté par les maçons irlandais aux USA se termine par le grade de chevalier templier. Il est à noter, que selon son rituel, le franc-maçon passe du Temple de Salomon (de l'Ancien Testament) qu'il rebâtit en recevant la gnose en vue d'un temple à la portée plus chrétienne que poursuivent les commanderies. Ceci rencontre notre IIIème Ordre de Sagesse.

Revenons à notre rite et au IIIème Ordre de Sagesse.

En lisant le discours historique – et pour le peu qu’on sache lire entre les lignes – la référence à l’Ordre du temple est évidente [9] bien qu’en nul Ordre de Sagesse, elle ne soit clairement indiquée. Déjà, le nom même du grade, Chevalier d’Orient, évoque le chevalier templier.

Que nous soyons du Rite Écossais Rectifié, du Rite Écossais Ancien et Accepté ou encore du Rite Français, notre initiation maçonnique reste identique et comporte les mêmes jalons. Ceux-ci sont sans doute moins dissimulés au sein du RER qui dès le départ renseigne le profane sur l’objectif maçonnique.



LA LIBERTE

 

L

a liberté reste un des thèmes fondamentaux du IIIème Ordre illustrée ici par un épisode très biblique de la libération des captifs. LDP, trois initiales pour, selon le rituel, liberté de passer (ou de passage) qui se situe avec le passage du fameux pont par les captifs libérés.

La liberté suit la captivité et le mot de passe du grade soit Yaavorou hammaim, qui signifie : ils passeront les eaux, n’est pas sans évoquer un autre épisode biblique, celui de Moïse qui délivre le peuple juif du joug égyptien.

La liberté est invoquée dès le début du rituel [10] et avec un signe de relever la pointe de l’épée dans un geste rapide[11]. Et, en effet, cette liberté ne s’acquiert que par un combat avec l’épée et ne s’acquiert qu’après un combat où nous perdons des trésors, soit la liberté exige concessions et sacrifices.

Et de nouveau, l’accent est mis sur le GADLU qui ordonne cette remise en liberté, cette délivrance, au travers du songe de Cyrus.

Sous-jacent, le rituel nous enseigne de quelle liberté il s’agit pour nous francs-maçons : la liberté de travailler, certains préciseront la liberté de penser. Il s’agit de la liberté de travailler à l’édification – la reconstruction – du second temple. C’est donc une liberté bien définie.

Dans une réponse de Zorobabel, il assignera comme autre vertu de l’Ordre l’égalité [12] et finalement une autre réplique du 1er Surveillant, la fraternité [13].

Liberté, Egalité, Fraternité … sont en effet les principes essentiels de notre Ordre et constituent nos lignes de conduite pour le travail maçonnique.

Il reste assez étonnant que, quasi au terme de notre parcours, nous revendiquions une liberté de travailler alors que depuis notre réception d’apprenti, ce travail fait partie de notre vie maçonnique. Mais, selon le rituel, nous étions captifs soit privé de travail ou privé du travail selon ce que nous le concevions ? Le travail de l’apprenti ou du compagnon s’effectue sous la direction et l’instruction du maître et celui du maître sous celles de l’architecte, devons-nous nous en libérer ? Autant de questions …

Si on considère que dans les degrés symboliques, nous travaillions à la construction du temple de Salomon, ce temple fut détruit et nous nous devons de le reconstruire. Si on considère que le temple, c’est symboliquement le maçon lui-même en sa phase initiatique, nous connaissons donc aussi cette destruction, cet anéantissement et nous nous devons de nous reconstruire. En écrivant ces lignes, le poème de notre TCF Rudyard KIPLING résonne en ma tête : « Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie, et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir » …

Si devenir franc-maçon reste une  chose relativement facile, devenir un initié en est une autre bien plus difficile qui nécessitera multiples combats contre nous-mêmes pour nous libérer de notre captivité du monde profane, engendrera renoncements ou pertes de nos avantages profanes. C’est un combat de tous les jours.

Pour la première fois, l’expression de « maçon libre » est évoquée en nos rituels. Nous restons cependant assez éloignés de ce que le TCF Léon CAMPION nomme la vocation libertaire de la maçonnerie. [14]

Il ne s’agit nullement d’anarchisme car notre liberté à ce grade reste parfaitement cadrée et centrée sur le travail de reconstruction du Temple et sur nos devoirs. La liberté aussi a ses règles.

Ceci me fait penser à une expression souvent répétées en nos loges, celle d’un maçon libre dans une loge libre qui ne signifie point comme certains voudraient le faire croire que tout est désormais permis et qu’on peut faire n’importe quoi. La liberté n’exclut point le respect des devoirs et obligations. « La liberté est le droit de faire ce que les lois permettent. » [15]

La liberté accorde cependant une prérogative importante. Contrairement à la captivité qui comporte multiples contraintes et impositions, la liberté offre la possibilité, le droit, du choix personnel. Ce choix relevant de notre libre-arbitre et de notre conscience. [16]

La liberté a un prix qu’il faut assumer !

« Tout ce qui augmente la liberté augmente la responsabilité. » [17]

Je me souviens à ce sujet, alors que j’étais visiteur de prison, d’un prisonnier qui comptait les jours pour sa libération mettant celle-ci sur un nuage doré. Arrivé enfin à l’échéance, il fut libéré et heureux de l’être. Trois jours après, je fus étonné de le revoir sous les barreaux. Paradoxalement, j’appris que le surlendemain de sa libération, il avait démoli la vitrine d’un bijoutier, volé quelques bijoux puis s’était assis devant sur le trottoir pour attendre la police.

Il me déclara que finalement, en prison, il avait la sécurité, qu’on lui donnait à manger et un lieu pour dormir.

Et nous, maçons, ne sommes-nous pas parfois comme cet homme, préférant notre captivité rassurante à une liberté initiatique qui nécessite effort, travail et renoncement ? Empreints de liberté, sommes-nous prêt à l’assumer ?

 


L’ EPEE ET LA TRUELLE

 

A

u IIIème ordre, comme chevalier mais aussi maçon libre, nous travaillons avec l’épée et la truelle, signifiant que nous sommes à la fois défenseurs et constructeurs du temple.

L’épée reste bien entendu le symbole premier de la chevalerie que nous avons découvert dès notre entrée en loge symbolique. Associée au maillet, elle est en effet portée par le Vénérable[18] et toutes nos consécrations de grades furent effectuées par l’épée [19]. Rappelons qu’aux origines de notre Ordre, tout maçon portait l’épée.

A ce sujet, nous remarquerons qu’en notre Rite Français, l’épée de loge ou épée du Vénérable est droite et non flamboyante comme en d’autres rites. [20] Ceci est également le cas au Rite Ecossais Rectifié. La symbolique devient donc différente selon l’un ou l’autre rite.

L’épée flamboyante, c’est l’épée des Keroubim [21] [22] ; elle relève donc d’un pouvoir ou d’une puissance émanant de Dieu : la consécration du récipiendaire se fait donc dans une dimension verticale où le Vénérable est, en quelque sorte, la main du GADLU. Il ne s’agit donc ici nullement de ce que nous nommons un adoubement.

A contrario, l’épée droite relève de la chevalerie, soit de l’humain et non du divin, de la reconnaissance par les pairs dont le Vénérable est le représentant. La dimension de la consécration reste sur un plan horizontal tel que le définit l’adoubement.

Le Rite Français tout comme le Rite Ecossais Rectifié accentuent le fait qu’on est créé maçon (quelque soit le grade) par la reconnaissance de ses pairs, ce qui reste bien sur le plan humain de l’horizontalité.

L’épée au sens noble et initiatique du terme symbolise la Conscience et la Connaissance spirituelle, métaphysique ou philosophique… L’épée renvoie au travail sur soi, au dépassement de soi et au Connais-toi toi-même attribué à Socrate… Aussi, dans le cadre de notre grade, elle nous indique que c’est souvent contre nous-même que nous aurons à nous défendre.

L’épée évoque ainsi une pensée discriminatoire et spéculative fondée sur l’acuité intellectuelle et analytique. L’épée symbolise la faculté de discernement et la clarté d’une l’intelligence aiguisée. Sur le plan spirituel, il s’agit des facultés acquises pour obtenir une conscience claire et intuitive. Elle symbolise également le Verbe.

La truelle nous fut révélée au grade précédent comme instrument de notre purification soit finalement de notre reconstruction individuelle. Elle devient à ce grade un outil de (re)construction collective.

Un ancien rituel disait : « La truelle est l’outil par lequel l’œuvre du constructeur s’achève et devient parfaite ». Elle était, de ce fait, liée au pilier de la beauté. Signalons aussi qu’une ancienne instruction compagnonnique faisait de la truelle le symbole de la tolérance.

Le rituel de Maître Ecossais de Saint André [23] stipule ceci :

« Je vous arme aussi de cette épée, dont vous vous servirez pour votre défense et pour celle de vos Frères , tandis que vous vous servirez, de l'autre main, de la truelle que je vous confie  pour le travail auquel vous vous êtes engagé ; mais prenez garde de ne jamais abuser de l'une ni de l'autre et de vous souiller par aucune chose qui serait injuste devant le Juge Suprême de toutes vos pensées et de toutes vos actions. »

Soulignons qu’en la sapience d’Hermès, l’épée dite des philosophes est d’une part le creuset (voie sèche) et d’autre part, l’agent salin (voie humide). Elle sert à séparer les éléments pour les purifier (truelle) et par après les rassembler, les réunir. Solve et coagula

« L’épée qui blesse et la spatule (truelle) chargée d’appliquer le baume guérisseur, ne sont en vérité qu’un seul et même agent doué du double pouvoir de tuer et de ressusciter, de mortifier et de régénérer, de détruire et d’organiser. » [24]

Epée et truelle font du maçon un défenseur et un bâtisseur, ce qui n’est point sans évoquer les caractères de l’Ordre du Temple : défenseur contre lui-même et ses vices cachés, bâtisseur de lui-même.

Comme en tout rituel de réception, ici aussi, tous les acteurs de l’allégorie sont finalement en nous.

 


REBATIR LE TEMPLE

 

R

ebâtir un temple à la gloire du Grand Architecte implique le premier temple fut détruit et nous trouvons en le rituel et les tableaux multiples traces de cette destruction. Si on part du postulat que la construction du temple reste l’œuvre maçonnique, on en déduira que la franc-maçonnerie fut détruite. Nous y trouvons d’ailleurs le désordre en ses symboles.

On peut donc s’interroger sur ce qui détruit – outre le cadre mytho-historique – notre temple, notre tradition maçonnique.

L’instruction nous donne deux précieuses pistes :

La première :

·         Dans quel état avez-vous trouvé les Maçons en arrivant sur les débris du Temple ?

·         Dans le deuil et l'abattement, état de toute Loge livrée à la confusion et au désordre.

·         Que signifient les colonnes renversées, les instruments et les meubles déplacés ?

·         Que toute Loge composée de Frères indiscrets et vicieux, perd l'harmonie qui en fait le principal ornement, et ne peut tarder de se détruire.

La seconde :

·         Que la Maçonnerie doit être une, et ne peut souffrir de changement sans altération.

La première nous interpelle sur le fait que notre Ordre reste une institution humaine composée de FF\ et SS\ de tous ordres et qualités dont, malheureusement parfois, des vicieux qui viennent en troubler l’harmonie. Cela nous rappelle que le Maître Hiram fut assassiné par trois francs-maçons, trois compagnons, trois FF\et non par des profanes. Bien plus que des menaces externes du monde profane, nous devons être attentifs aux dangers internes que représentent parfois nos FF\ et SS \ et nos institutions.

La seconde constitue une sérieuse mise en garde qui, malheureusement, se rencontre de plus en plus de nos jours. En effet, sous divers prétextes de modernisation, d’actualisation, de simplification voire d’idéologisation, nous constatons que nos structures – qu’elles soient à initiative obédientielle ou individuelle – modifient nos rituels. Souvent avec une grande ignorance, on supprime ainsi des symboles jugés obsolètes ou simplement estimés non-conformes à une pseudo-idéologie. Les exemples furent multiples de la suppression du Prologue de Jean et de son remplacement par un livre blanc à celle de la mention du GADLU.

Ceci altère voire détruit ce qu’est notre tradition maçonnique. Je connais ainsi une loge – certes d’une grande obédience belge – qui pour correspondre aux convictions idéologiques de ses membres s’engagea dans une politique de simplification et de « laïcisation ». Aujourd’hui, en cette loge, plus de tablier ni gants blancs, plus de tableau de loge, plus de chandelier, plus de décors : juste le Delta, le soleil et la lune. Quant aux rituels d’ouverture ou de fermeture des travaux, ils sont réduits aux seuls croisement ou décroisement de l’équerre et du compas. Bien entendu, il y a longtemps que les planches socio-philanthropo-politiques ont remplacés l’étude des symboles. Si je n’ai point à juger et si je reconnais ses membres comme mes FF\, je ne peux m’empêcher cependant de m’interroger sur son caractère encore maçonnique de leur loge.

Si l’on considère que le temple, c’est le maçon lui-même, on peut en déduire que notre premier temple fut détruit, que nous fûmes captifs et qu’il nous appartient de reconstruire notre temple. Ce qui nous est clairement indiqué en notre rituel [25]

Ceci rejoint pour moi le concept de réintégration spirituelle développé par MARTINEZ DE PASQUALLY [26] au sein de L’ordre des Chevaliers Maçons Elus Cohen de l’Univers.

Résumons très – et vraiment très – brièvement. Créé à l’image de son créateur, l’Homme jouissait de vivre dans le royaume divin, royaume qui n’est pas de ce monde. Comme d’autres entités spirituelles (angéliques ou archangélique), il a renouvelé la faute des Anges et préféré le Moi momentané, périssable, illusoire au Soi éternel, réel, impérissable. C’est donc lui qui s’est momentanément éloigné de Dieu. Il voulut s'égaler à Dieu et émaner à son tour des créatures qui dépendraient de lui. Mais par le fait qu'il préférait le moi momentané, parce qu'il succombait à l'illusion, il s’exclut lui-même du Plan Divin.  C'est ce que nous rapportent ces deux légendes identiques pour MARTINES DE PASQUALLY, celle de LUCIFER, premier des Anges, le porteur de Lumière et celle d'ADAM, premier des Hommes au travers du vocable »la chute ». La grande affaire de l'homme va donc être de retrouver ce royaume perdu, ce royaume qui n'est pas de ce monde comme disent les Evangiles. C’est la Réintégration spirituelle.

Telle était la philosophie ou plutôt la théosophie de l’auteur du Traité de la Réintégration qui fondait sa foi en la perfectibilité du genre humain et espérait la reconstruction du temple de Zorobabel, du temple de l’Homme.

L’importance de la reconstruction du Temple par Zorobabel est capitale dans la maçonnerie des Elus-Cohen en ses ateliers supérieurs. [27]

Si nous concevons la similitude entre le temple de Salomon et celui de Zorobabel, tous deux se définissant comme demeures de l’Eternel, selon les textes bibliques, le premier sanctuaire fut construit par les Israélites pour abriter l'Arche d'Alliance.

Le temple de Zorobabel ne contenait, lui, pas cette arche d’alliance, plus détenue alors par les Israélites.

Nous savons que ce symbole de l’union pactisée entre Jehovah et son peuple fut un élément clef de la quête templière. [28]

Dépourvu de cette alliance que nous pouvons qualifier d’ancienne, notre désir visera en en établir une nouvelle, à la remplacer.


PETITE REMARQUE

 

Le discours historique nous enseigne que les Grands Elus se mirent en recherche de la voute sacrée, celle qui nous fut dévoilée dans le grade précédent. Ils détruisirent, par prudence, le piédestal de la science ainsi que la lame sacrée, le bijou d’Hiram. [29] La transmission de la tradition perd ainsi son symbole matériel et ne consistera plus qu’à une transmission orale.

 



CONCLUSION

 

Arrivé au degré du IIIème Ordre, le franc-maçon se doit d’établir le constat suivant :

1.      Le temple de Salomon qu’il avait construit est détruit ;

2.      Il est invité à le reconstruire mais ne bénéficie plus de l’alliance passée ;

3.      Il ne dispose plus de l’architecte pour diriger les travaux, celui-ci ayant été assassiné.

Mais il doit se souvenir de l’équation mise en exergue par la maîtrise française [30] [31] : si le GADLU est bien JEHOVAH [32] , si JEHOVAH est bien HIRAM [33] et si HIRAM est tout nouveau maître, alors …

Ce qui fera l’objet du prochain Ordre de Sagesse qu’il abordera avec espérance (couleur verte).



[1] Pierre MOLLIER , la chevalerie maçonnique

[2] Roger DACHEZ, Histoire de la franc-maçonnerie française

[3] Selon Daniel LIGOU

[4] Alain DRUART, l’héritage templier de la franc-maçonnerie

[5] Convent de  Wilhelmsbad, 1782

[6] Alain BERNHEIM, « Eques a Quæstione studiosa : Notes à propos du Rite Écossais Rectifié »

[7] Inexistante au RER

[8] Jean-Marie MERCIER, « De l'apparition d'un proto-kadosh à la fixation d'un grade à connotation templière, ou la malédiction d'un Nec plus ultra ayant suscité fascination et détestation »

[9] Au temps des croisades, les Chevaliers d'Orient ne demeurèrent pas oisifs: ils laissèrent un petit nombre d'entre eux occupé aux fonctions hospitalières, prirent les armes, et, sous un chef depuis érigé en Grand Maître de leur Ordre, ils se joignirent aux croisés. On les vit alors s'accroître progressivement et s'agrandir, jusqu'au moment où, parvenus au comble des richesses et des grandeurs, ils furent eux-mêmes dépouillés. Plus tard, la défaite des croisés leur ayant fait perdre tout espoir de rétablir le Temple, ils résolurent d'abandonner leur patrie désolée, et d'aller former au loin de nouveaux établissements.

[10] « Que la captivité finisse »

[11] Il baisse la pointe de son glaive, et la relève avec vitesse, pour signifier liberté.

[12] « Un des principes de notre Ordre est l'égalité »

[13] « Voici Zorobabel qui désire être admis au sein de la fraternité »

[14] Léon CAMPION, Le Drapeau noir, l'Équerre et le Compas

[15] MONTESQUIEU

[16] L’importance du libre-arbitre et de la conscience seront évoqués lors d’un Ordre de Sagesse.

[17] Victor HUGO

[18] Mais aussi par le couvreur et surtout l’expert

[19] Hormis le Ier Ordre

[20] REAA, Rite Opératif de Salomon, Rite de Memphis-Misraïm, …

[21] Ordre angélique des Chérubins. Il est à noter qu’à l’origine biblique, nous étions loin de l’apparence de petits bambins gracieux qui fut donnée par Michel-Ange et le catholicisme.

[22] Genèse 3.24 : « Après avoir chassé Adam, il posta à l’est du jardin d’Éden les chérubins qui agitent une épée flamboyante pour garder le chemin de l’arbre de vie.

[23] RER – 4ème degré

[24] FULCANELLI, le mystère des cathédrales

[25] Où les construisez-vous ? Faute de terrain, nous les construisons dans le cœur.

[26] MARTINEZ de PASQUALLY, Traité de la réintégration des êtres

[27] René GUENON voyait en la philosophie Cohen, la survivance exacte de l’ésotérisme chrétien et le véritable message caché de la franc-maçonnerie.

[28] Voir mon balustre « réflexion sur le IIème Ordre »

[29] Ces zélés Maçons cherchèrent parmi les décombres l'entrée de la voûte sacrée, laquelle n'avait pu être découverte lors de la destruction du Temple. En ayant découvert l'entrée, ils parvinrent au piédestal de la science, et retrouvèrent la lame d'or sous la pierre cubique. Résolus de la soustraire au danger qu'elle avait couru, ils brisèrent la lame triangulaire, la fondirent, mirent en pièces la pierre d'agate, et transmirent leurs mystères par la seule tradition.

[30] Voir à ce sujet : Jean VAN WIN, Mais qui est donc le GADLU ?

[31] Ceci est clairement exprimé dans le rituel du 3ème grade

[32] Confirmé également au IIème Ordre

[33] Confirmé par le tableau de Maître